home page genealogie

   
 

Comment découvrir des histoires, petites ou grandes, sur ses ancêtres ?

Il y a d'abord la transmission orale, pour les plus proches, parents et grands-parents.

Un conseil : il faut les écouter tant qu'ils sont là et se souviennent, les aider parfois à s'exprimer, et les enregistrer.

Il y a parfois la transmission orale de plus vieilles histoires, mais attention à la fiabilité (voir l'histoire - totalement erronnée- de l'origine du nom Molly-Mitton).

Il y a les découvertes généalogiques directes : papiers de famille, extraits d'actes notariés mentionnant dettes, création de société, voire condamnations judiciaires, mais aussi parfois les actes paroissiaux.. quand le curé se met à utiliser son regsitre comme un livre de l'histoire de sa paroisse...

Il y a parfois les monographies des villages dont sont orignaires ses ancêtres.

Nouveau : Il y a des histoires qu'on pourrait aussi qualifier de "psycho-généalogie" par l'étude de certaines statistques. Ainsi la tradition familiale de 75% des branches de faire les enfants très tard remonte à bient longtemps. Le "record" dans l'ascendance de mes enfants concerne la branche "Bonche" de leur grand-père maternel. En seulement 5 générations, on se retrouve à la fin du XVIII ème sicèle avec un certain Etienne Bonche, né le 20 juillet 1800 à Saint-Genest Malifaux qui est seulement leur arrière-arrière-arrière grand père ! Et cela ne s'arrête pas là, car en "remontant" du coté de l'arrière grand-mère maternelle de ce même Etienne Bonche né en 1800, une certaine Jeanne Giraudet, on se retrouve en 6 génération au XVIème siècle avec un certain André Giraudet, né vers 1587 à Saint-Julien Molin-Molette (dans la Loire) ! Bref, il suffit de 11 générations à mes enfants pour "remonter" du 21 ème siècle au 16ème siècle, ce qui fait une moyenne de presque 38 ans par génération !

Il y a aussi les études généalogiques et historiques, pour peu qu'elles aient été réalisées par des gens sérieux. Exemple : j'ai beaucoup utilisé les travaux d'Alain Noël (pour les familles Davier et Chaslons notamment), fondateur de la Société généalogique de l'Yonne, et sans doute le plus célèbre historien et généalogiste contemporain icaunais... mais j'ai tout de même tenté de vérifier plus d'une fois ses études en allant consulter moi-même les docuements originaux...

C'est ainsi, gràce notamment à un ouvrage, "Le fer, la terre et le sang" (roman historique sur la La Ferrière de Madame Arribet) que certaines des histoires que je vous raconte ici sont arrivées jusqu'à moi.

Mais attention aussi aux "fausses histoires, parfois inventées au XIXème siécle par de pseudo généalogisste, en quête d'ancêtres célèbres. L'histoire du docteur Jean Fernel est une très bonne illustration de ces escroqueries généalogiques.

 
 

home page genealogie

Une ancêtre au destin peu ordinaire, Marie La Picarde, nourrice de Saint Louis (née vers 1190.).

Un ancêtre, Adam CHANTEPRIME, conseiller au parlement de Paris en 1349, sous le règne de Philippe le Bel.

Mes racines joviniennes remontent au début du XVème siècle. L'un de mes ancêtres, Claude DAVIER, a participé en 1509 à la réformation de la coutume de Troyes.

Son petit-fils, autre Claude DAVIER, a sauvé la ville de Joigny du pillage en 1591 et y a laissé sa vie.

La construction d'un haut fourneau, en octobre 1630, dont l'iinitiateur est l'un des mes ancêtres, pour exploiter la seule richesse de la paroisse (la Ferrière) : le fer...

Un petit meurtre entre 2 de mes ancêtres, le 6 juin 1658...

Une dette payée au XVIIème siècle par une tapisserie d'Aubusson par le fils d'un de mes ancêtres, maître tapissier à Aubusson.

Nouveau : l'histoire de la famille Thollet, maîtres papetiers de Haute Loire de 1774 à 1901 (format : document pdf à télécharger).

L'histoire d'un maçon de la Creuse qui s'en alla se perdre dans l'Yonne dans les années 1830...

Histoire vécue en 1944, au maquis du grésivaudan, par mon père.

Escroquerie généalogique : l'exemple du docteur FERNEL

Nouveau : la liste des plus anciens ancêtres, classés par sicèle : XVIème, XVème, XIVème, XIIIème et XIIème siècles.

 
  Conception et réalisation du site : Claude Molly-Mitton© 2003.
La reproduction des textes et documents figurant sur ce site est strictement interdite, sauf accord par écrit de l’auteur