Un maçon de la Creuse : histoire d'une migration

 home home Retour à ma généalogie




C'est au moyen-âge que la France se couvre de cathédrales. Une foule d'artisans, charpentiers, menuisiers, forgerons, maçons et tailleurs de pierre s'organisent alors en "loges maçonniques" où les maîtres et les compagnons enseigneront leur savoir-faire et leurs connaissances.

Dans un livre, sur la migration de nos ancêtres, le plus célèbre de tous les généalogistes français, Jean Louis Beaucarnot, signale le premier maçon Marchois (maçons de la Creuse) connu : Etienne Bonnuel de La Souterraine, parti en Suède construire la cathédrale d'Upsal vers 1287.

Très rapidement en effet les Limousins et les Marchois (note : habitants de l’ancienne province de la Marche) s'imposent dans les métiers de paveur, plâtrier, couvreur, maçon, tailleur de pierres, et parfois architecte.

Au fil des ans nous retrouverons tous ces creusois sur les chantiers de France comme celui de la cathédrale de Chartres, de Bourges, la construction des digues de La Rochelle, le château de Versailles, et enfin à Paris au siècle dernier, lors des travaux lancés par le baron Haussman.

La pauvreté des sols, la rigueur du climat imposent très tôt ànos creusois laboureurs, l'abandon des terres à la belle saison afin de se procurer un revenu complémentaire, qu'ils rapportent en hiver et qui sera employé au paiement des dettes, à l'achat des semences, parfois à des acquisitions de terres.

Ils deviennent maçons mais aussi tuiliers, scieurs de long, peigneurs de chanvre et de laine. Ils se répandent dans toute la France (notamment la Bourgogne, l'Orléanais et la région parisienne) et cheminent à travers bois jusqu'à Guéret puis Genouillat, Nohant, Vierzon, Olivet. Parfois, sur le retour, il se font détrousser de tous leurs gains de l'hiver. Pendant ce temps ce sont les femmes, les enfants et les vieillards qui s'occupent de la ferme. Ils assurent tous les travaux des champs : labourage, fenaison, moisson et soignent le bétail

C’est ainsi pour revenir à mes propres ancêtres qu’un certain Amable Lemasson (n° soza 180), journalier, et maçon à ses heures, ancêtre creusois qui portait bien son nom, se retrouva dans l’Yonne. Malheureusement le voyage ne dû pas être de tout repos. On ne sait pas au juste ce qui lui arriva : maladie, froid, famine, mauvaise rencontre ? Toujours est-il qu’il décéda à Auxerre le 5 janvier 1828. Dans l'acte de décès il était indiqué que le garde-champêtre l'avait trouvé mort sous les piliers, place de la "tannerie", à Auxerre. Il était âgé d'environ 67 ans.

Mais l’Yonne allait marquer plus positivement la famille de ce pauvre Amable Lemasson. Car son fils cadet, un certain Jean Amable Lemasson (n° Soza 90), né le 7 mars 1806 à la Croix au Bost (commanderie templière), maçon et tailleur de pierres de son état, décida de s’installer dans la campagne auxerroise. Il allait fonder une famille, plus précisément à Poilly-sur-Thollon où il rencontra une fille de vigneron, Marie Chapillon, qu’il épousa le 11 juin 1835. Mais ceci est une autre histoire.

J'oubliais, Jean Amable Lemasson allait un jour avoir une arrière-petite-fille ... ma propre grand-mère maternelle.

Chanson des maçons de la Creuse

On a fait des chansons
De toutes les manières,
Sur les joyeux garçons
Les gueriers, les bergères,
Pour ne pas répéter
Une chose ennuyeuse,
Amis, je vais chanter
Les Maçons de la Creuse.
Les voilà donc partis
Pour faire leur campagne,
Ils s'en vont à Paris
En Bourgogne, en
Champagne
Ils sont deSers et d'ailleurs
S'ils ont la main calleuse,
Ce sont des travailleurs
Les Maçons de la Creuse.
Voyez le Panthéon,
Voyez les Tuileries
Le Louvre et l'Odéon
Le Palais de l' Industrie.
De tous ces monuments
La France est orgueilleuse
Elle doit ses ornements
Aux Maçons de la Creuse.
L'auteur de la chanson
N'est pas un grand poète,
C'est un garçon maçon
Buvant sa chopinette,
Il est joyeux, content
Trouve la vie heureuse
Et signe fièrement
Un Maçon de la Creuse

Extrait de Jean Petit
Dit Jean do Boueix.

A voir (sources des photos et d'une partie du texte pour certains) :
- le conseil général de la Creuse
- la migration des maçons creusois (site perso)
- vidéo (TF1) de l'histoire des maçons de la Creuse
 
  Conception et réalisation du site : Claude Molly-Mitton© 2003.
La reproduction des textes et documents figurant sur ce site est strictement interdite, sauf accord par écrit de l’auteur