Le docteur FERNEL :
L'histoire d'une double escroquerie généalogique

 home home Retour à ma généalogie

 

Jean FERNEL

 

 

Jean FERNEL

Dans ma généalogie, il y a un couple Etienne Fernel, marchand, et marie Contat, mariés vers 1625 à Brienon (Yonnne). Jusque là rien d'extraordinaire. Un couple de la petite bourgeoisie de province.

Sauf que, en recherchant sur Internet sur la base Geneanet, pourtant le plus souvent assez fiable, je découvre qu'un lointain cousin prétend que le grand-père de Etienne Fernel était en fait Jean Fernel, médecin et conseiller du roi Henri II.

Ayant interrogé par mail ce cousin lointain sur les origines de ses sources, il me répond "On sait que le fils du médecin d'Henri II se fixa à Brienon-l'Archevêque (89), et que les FERNEL apparurent à cette époque dans cette ville".

Comme d'habitude, je décide d'essayer de vérifier ces dires. Direction, les archives nationales où je découvre une biographie (dans le dictionnaire de biographie française) de ce célèbre Jean Fernel. En voici quelques extraits :

"Son père, Laurent, pelletier à Montdidier, acquit dans cette ville l'hôtellerie du Chat, qu'il exploitât avec sa femme, Marguerite Belliart ou Beylart, et où naquit Jean en 1497. En 1509, il quitta Montdidier pour Clermont-de l'Oise, ce qui fit croire que Jean Fernel était natif de ce lieu. Il étudia au collège de Sainte-Barbe où il fut reçut maître es arts, étudia la philosophie et les mathématiques... ... il publia en 1526 une étude sur les cadrans solaires...il faisait figure de savant, était très apprécié dans les milieux scientifiques d'alors. Il avait épousé en 1531 Madeleine Tournebulle ou Tournebue, fille d'un conseiller au parlement, assez riche héritière... il fut appelé à soigner et parvint à guérir, dit-on, Diane de Poitiers, ce qui le mit en vue et lui assura une importante et riche clientèle... ... premier médecin de Henri II, après la mort de Louis de Bourges, il suivit le roi à la guerre et fut présent à la prise de Calais le 8 janvier 1558... ... sa femme décéda le 10 avril 1557. Il ne lui survécut qu'un an et mourut à son tour, non pas de chagrin, mais d'une maladie de foie, qui le tourmentait depuis longtemps, le 26/4/1558. Il laissait deux filles, Maire qui épousa Philibert Barjot, président au parlement et madeleine qui s'unit à Gilles de Riants, avocat... ...Il avait légué ses manuscrits à G. Plancy, qui fut son premier biographe... "

Première conclusion : a priori, jean Fernel n'est jamais venu vivre à Brienon et n'a pas eu de descendance masculine, donc patronymique. Donc il ne serait pas du tout mon ancêtre !

Têtu, je décide d'approfondir mes recherches. Direction les archives historiques de la faculté de médecine de Paris. après plusieurs jours de recherche et la lecture de toutes les sources archivistiques existant sur ce célèbre médecin, en français et en anglais... toujours pas de descendance masculine à l'horizon. Tout indique donc qu'il s'agit bel et bien d'une escroquerie généalogique !

Mais il y a encore plus fort ... sur le site des mormons, je découvre que Jean Fernel, selon une étude généalogique faite au XIXème siècle par l'un des descendants (!), étude soi-disant sérieuse, serait en fait un fils caché du roi français Charles VIII et d'Anne de Bretagne, fils échangé conter un enfant mort né à la naissance. Il existe même un forum des descendants de ce pseudo généalogiste, qui avait pour nom, Renald Fernald.

Or, au-delà même que Jean Fernel n'a probablement pas eu de descendance masculine survivante, cette ascendance royale de Jean Fernel est pour moi historiquement totalement farfelue pour plusieurs raisons :
- selon les historiens, Charles VIII et Anne de Bretagne ont eu 4 enfants, 3 morts nés et un (Charles Orland, né en 1492, mort à 3 ans de la variole). Aucun de leurs enfants n'a été assassiné ou était menacé, pourquoi l'échanger pour soit-disant le protéger ?
- aucun historien ne se fait écho, même sous forme de légende, d'une telle théorie. Aucune logique historique.
- pourquoi Anne de Bretagne aurait caché l'existence d'un fils légitime de son époux, le roi Charles VIII, qui lui aurait, à la mort de Charles VIII, donné 15 ans de régence et évité d'épouser son successeur ? Aucune logique politique.
- les approximations des américains font même naître Jean Fernel à Clermon Ferrand, en confondant Clermont de l'Oise (Lorraine) et Clermont-Ferrand (Auvergne)... alors même que Jean Fernel était né en fait à Montdidier. Aucune logique ni sérieux généalogique.

Dommage !!!

A voir :
http://www.geophys.tu-bs.de/geschichte/fernel.htm (source en partie des photos)

Biographie très complète de JF Fernel

 
  Conception et réalisation du site : Claude Molly-Mitton© 2003.
La reproduction des textes et documents figurant sur ce site est strictement interdite, sauf accord par écrit de l’auteur