Un ancêtre conseiller au parlement de Paris sous Philippe le Bel

 homehomeRetour à ma généalogie

La Sainte Chapelle
Chambre haute et chambre basse

Un conseiller au parlement
de Paris

Ecu aux armes des Chanteprime, qui étaient d’or, au chevron de sable, accompagné de trois têtes de sanglier de même.
(source www.cgb.fr)

L'un des plus "vieux" ancêtres identifié du coté de Claude Molly-Mitton (en dehors de Marie la Picarde, nourrice de Saint-Louis, la plus lointaine ancêtre identifiée de ce coté) à ce jour a pour nom Adam CHANTEPRIME, présent 3 fois dans ma généalogie (n°Soza 5 425 336 / 23 917 176 / 47 835 096).

Il est né entre 1305 et 1315, soit il y a tout juste sept siècles, sous le roi Philippe IV, plus connu sous le nom de Phlippe Le Bel, rendu célébère notamment à la télévision française par le feuilleton historique "les rois maudits" !

Adam CHANTEPRIME était le fils de Jean CHANTEPRIME, Bourgeois de Sens et Seigneur de la Prime (fief en la ville de Melun) et de Damoiselle de la ROTHE (prénom inconnu).

Mon ancêtre fut conseiller au parlement de Paris en 1349. Rappelons que ce parlement, créé en 1255 par Saint Louis, n'avait alors pas tout à fait 100 années d'existence.

On débattait au Parlement des affaires judiciaires. Il était composé pour l'essentiel de techniciens du droit, qualifiés de magistri (magistrats, maîtres). Dans le cadre de la justice déléguée, le Parlement constituait alors l'instance la plus élevée, une instance d'appel essentiellement. Jusqu'à la création des parlements provinciaux, la cour, qui siègait au palais de l'île de la Cité, était la seule véritable cour d'appel du royaume.

"Dans une salle, sur des sièges élevés des deux côtés, sont assis presque tous les jours des hommes d'Etat. Ils sont nommés d'après leurs fonctions propres : les uns maîtres des requêtes, les autres notaires du roi. Tous, suivant leur rang, obéissant aux ordres de la royauté, travaillent à faire prospérer la chose publique. Par eux sont présentées les requêtes pesées avec les balances de l'équité la plus sincère. Dans une Grand-Salle, des affaires difficiles se traitent, elles exigent la plus grande tranquillité et une plus complète retraite. Siègent en leur tribunal des hommes d'une habilité toujours éveillée les maîtres du Parlement. Leur infaillible connaissance du droit et des coutumes permet de discuter les causes en toute maturité et indulgence, lancer des foudres, des sentences définitives."
(Extrait d'un éloge composé par Jean de Jandun en 1323.)

Pour l'exercice de la défense, les avocats étaient alors au nombre d'une cinquantaine. Les autres chambres du Parlement (la chambre des requêtes, la chambre des enquêtes, la chambre criminelle) n'avaient qu'un rôle d'auxiliaire.

Egalement procureur du roi au baillage de Sens, Adam CHANTEPRIME devint réformateur général des monnaies de France en 1361, sous le règne de Jean II.

Il épousa, sans doute vers 1330, Damoiselle Jeanne de Longuejoue, fille de Renauld de Longuejoue et de Marguerite La saunière.

sources des photos et d'une partie du texte) :
site de la cour d'appel de Paris

 
  Conception et réalisation du site : Claude Molly-Mitton© 2003.
La reproduction des textes et documents figurant sur ce site est strictement interdite, sauf accord par écrit de l’auteur